You make me feel like I’m living a teenage dream

"I'm married! I'm beautiful"

 

 

Si j’avais toujours 16 ans, j’écrirais un tas de trucs sur ma vie et sur les trucs qui me sont arrivés -ou pas- ces derniers temps. Parce que depuis aussi longtemps que je puisse me rappeler, j’ai beaucoup de facilité à parler de moi, des autres, de tout. Et ce malgré les surnoms de « 3615 je raconte ma vie » et autres quolibets qui donnaient plus envie de me fuir que de partager un pitch avec moi.

 

Bref.

 

Pour assouvir ma soif de racontage de vie et de blabla continu, vers 13 ans j’ai ouvert un blog. D’abord pour y poster des photos tro bL de mangas et des paroles de chansons, puis, progressivement, j’ai commencé à raconter « mes aventures », les trucs à la con qui m’arrivaient, ce que j’avais envie de balancer dans le vide de l’internet comme ça, des trucs que j’avais pas envie de raconter à ma mère et que je ne voulais pas dire à mes camarades puputes, trop occupées à mettre de l’ombre à paupière bleues pour les photos de classe et à cracher dans le dos du monde entier en s’inventant une vie trépidante faite de faux père et frère caché. Lol.

Et alors là figure toi que j'ai 5 mecs en même temps et qu'ils sont tous chanteurs et acteurs, et américains.

 

Toujours est il que pendant plusieurs années, j’ai raconté mes déboires d’adolescente sur un blog, pas des trucs complètement intimes non plus faut pas déconner hein, juste quelques anecdotes superficielles écrites sur fond d’humour encore plus moisi que maintenant, sans prendre en compte les dangers des internets, du diable, des pédophiles, et des filles du lycée qui aimaient fouiller. Finalement, j’ai fermé mon blog et arrêté de raconter ma vie sous forme d’articles longs comme un jour sans gros mot et j’ai fermé ma gueule. Non je déconne j’ai twitter, ma mère et mes amis pour ça et c’est assez sympa mais toujours est il que  j’ai arrêté de lancer des trucs comme ça à la mer, je n’aime plus vraiment l’idée qu’on puisse « me cerner » après un article trop personnel ou avoir une chance, aussi infime soit elle, de trouver quelque chose à dire qui aurait pu me blesser.

 

 

C telment vré

 

A ce moment, vous avez le droit de vous demander pourquoi est ce que j’ouvre à nouveau un blog. C’est une foutue bonne question,  moi la première j’en sais foutrement rien. On verra.

 

Et comme dit monsieur Merdocu « Si t’es devin, t’es pas trois bières ».

 

Ciao.

 

Publicités

Ouvre ton coeur :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s