Tout ce que je dois savoir, je l’ai appris de Quand Harry rencontre Sally

Je pense que ça fait maintenant un bon moment que je n’ai pas causé rom com. Or je ne peux pas causer rom com sans parler de When Harry met Sally. Encore du Nora Ephron oui mais dites vous que je n’en n’ai pas fini avec elle parce qu’il reste encore You’ve got mail dont je dois parler et que je ne peux pas passer à côté. Je ne peux pas non plus passer à côté de When Harry met Sally parce que c’est simplement l’une des meilleures rom com jamais faites. Il y a tout dedans : personnages principaux cools, Meg Ryan, Billy Cristal, personnages secondaires trèèès très cools, Meg Ryan, final classique, parfait mais unique en son genre et efficace, musique jazz, New York, Meg Ryan enfin tout quoi. C’est vraiment l’une des rom com que je regarde depuis le plus longtemps et elle m’a appris plusieurs trucs fondamentaux sur la vie en général. En voici les quatre pus importants.

1- Il n’est jamais impossible de recroiser une vieille connaissance

Je ne sais pas s’il vous est déjà arrivé de faire un truc débile devant quelqu’un ou de vous disputer avec en pensant « YOLO je la/le reverrai jamais » , ou encore de détester si fort une personne que avez souhaité ne jamais la revoir. Moi ça m’est déjà arrivé. C’est arrivé à Harry et Sally aussi. Sauf qu’ils m’ont montré dans ce film que si, on risque totalement de recroiser la dernière personne qu’on aimerait croiser.  Je veux dire, non content de les avoir poussé à faire un long trajet en voiture jusque New York ensemble, le hasard les refait se rencontrer deux autres fois! Bon, eux, tombent amoureux. Dans les cas de ceux qui ne vivent pas dans une comédie romantique de Nora Ephron (vous) , ça se finit par un regard gêné, peut-être un bonjour, dans tous les cas : beaucoup de malaise. Mais la base reste la même : tout le monde risque, sans le vouloir du tout, de recroiser une vieille connaissance de sa jeunesse à un moment inopportun de sa vie.

2- Les années 80 sont des années capillairement  sombres.

Meg Ryan a beau être incroyablement jolie (enfin, avait) il est certaines coupes de cheveux qu’il faut éviter je crois. Le panel de coupes de cheveux offert par Sally est assez impressionnant et riche. Au début du film, au secours, horreur, Ambiance Farrah Fawcett culotte de cheval, un style imparable. On ne la retrouve pas beaucoup mieux lotie quelques années plus tard, quand elle recroise Harry pour la première fois. En revanche, la trentaine a du bon, et quand on la retrouve encore quelques années plus tard, elle arbore une coupe de cheveux que je qualifierai de potable pour l’époque. Et puis quelques années après c’est l’hécatombe. Elle reste bonne pendant une partie du film et à partir d’un moment, quand elle apprend que son ex phobique de l’engagement va se marier, N’IMPORTE QUOI. Pire coupe TOUJOURS. Le fait d’être en robe de chambre et de pleurer comme un veau n’aide pas je le concède mais quand même, c’est vraiment laid à voir. Et le pire, c’est qu’elle garde cette coupe immonde au mariage de ses amis et même au nouvel an. Finalement, dans l’ellipse finale, on la voit avec une autre coupe de cheveux. Toujours un peu douteuse mais moins pire que la précédente. Sally a sûrement réalisé que ressembler à une boule de bolduc portait un peu la poisse.

3- On est pas obligés d’être pareils pour être amoureux

Harry et Sally sont complètement différents. Tellement qu’au début ils ne se supportent pas. D’ailleurs, même en étant amis ils ne se supportent pas trop en fait. Souvent on a tendance à chercher quelqu’un exactement comme nous pour tomber amoureux, une sorte d’âme soeur parfaite qui aurait les même goûts, la même passion pour le macramé le samedi soir : quelqu’un qui serait exactement comme nous. Il y en a pour qui ça marche, congrats, mais ce n’est pas automatique. On est pas forcés d’être pareils pour être fous amoureux, au contraire, se compenser, c’est bien aussi. Harry est cynique, sobre, Sally est extra optimiste, control  freak, « grand train de vie » pour citer Harry. Et ça n’empêche qu’ils finissent par être fous amoureux à la fin. Je dis pas non plus que vous avez plus de chances de vivre une idylle passionnée avec Jean-Kevin, fan de foot et de bières alors que vous êtes plutôt branchée crochet et art italien qu’avec Charles, doctorant spécialisté de Léonard de Vinci. Mais quand même, c’est pas obligé d’être pareil.

4- Ne pas croire en l’amitié entre sexes opposés (mais finalement si j’y crois)

C’est marrant au début j’avais rédigé tout un paragraphe sur mes théories fumantes à propos de l’amitié entre deux personnes du même sexe. Je pensais que c’était possible mais rare et pas vraiment naturel. Plus j’y repense et plus je me dit que un, c’est n’importe quoi, et deux, ça fait justement partie des choses que le film m’a appris. Même en l’aimant d’amour et en le regardant toutes les semaines je peux dire que, malheureusement, il ne m’a pas appris que du bon. Oui une amitié entre deux personnes qui pourraient être attirées par l’autre peut être naturelle et profonde. En fait l’idée du film est même insultante envers les mecs puisqu’elle présuppose que les hommes sont juste des assoiffés de cul prêts à sortir leur queue dès qu’un vagin passe. Un vagin oui parce que Harry explique bien que même si la fille est moche, il voudra la « baiser » à un moment ou à un autre. Sympa. Insultant aussi envers les femmes, puisque le film ne les montre qu’en train de chercher quelqu’un. Evidemment, elles ne connaissent le bonheur et la paix qu’une fois qu’elles ont trouvé le bon et peuvent ainsi quitter leur tempérament d’hystérique (exemple : la meilleure amie de Sally, coureuse d’hommes, mariés ou pas. Soudainement assagie lorsqu’elle épouse son bien aimé moustachu). Le moment où Sally essaie de dire qu’elle croit en l’amitié hommes femmes dépeint les féministes comme des filles idéalistes et casse couilles qui ont de grandes idées mais ne sont pas au courant de la réalité du monde.

Pas un super message pour résumer. Donc voilà, une des choses que m’a appris Quand Harry rencontre Sally c’est d’avoir des préjugés un peu con sur les femmes et les hommes et sur leurs rapports à l’amitié.

C’est pas pour autant que j’arrêterai de le regarder et de l’aimer mais je pense que c’est important de prendre un peu de recul et de s’informer ailleurs en regardant d’autres types de films, en lisant des articles, en observant autour de soi.

Bon j’ai aussi appris que choper un taxi le soir du nouvel an n’est pas évident, qu’avoir un couple d’amis sur qui compter : c’est cool, que l’on ne peut pas mourir de honte étant donné  que Harry survit à la simulation de jouissance publique de Sally et enfin qu’il fallait toujours vérifier que la fenêtre de la voiture est ouverte avant de cracher ses pépins de raisin à travers.

Je vous quitte sur cette capture d’écran de Harry et Sally qui semblent faire leurs besoins dans l’appart de Harry.

Prout
Publicités

Ouvre ton coeur :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s